Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Infos recherche > Nouvelles scientifiques

Nouvelle scientifique

 

Paris, le 15 juin 2015

 

 

PAON4 : un projet de petit interféromètre

 

En phase de test depuis janvier 2015, l’interféromètre PAON4 a vocation à être utilisé pour des travaux pratiques et des mini projets pour des étudiants en astrophysique de niveau master. Plusieurs transits (Cygnus A, Cassiopée A, Crabe) ont déjà été observés durant les mois de mars et d’avril derniers.

Depuis 2007, le Laboratoire de l’accélérateur linéaire (LAL, CNRS/Université Paris Sud), l’Institut de recherche sur les lois fondamentales de l’Univers (Irfu, CEA) et trois laboratoires de l’Observatoire de Paris (GEPI, LESIA et USN), collaborent au sein du projet BAORadio pour développer les méthodes et techniques nécessaires pour les relevés cosmologiques de la raie HI.

L’interféromètre Paraboles à l’Observatoire de Nançay (PAON), inauguré en avril dernier, est un des volets de ce projet qui a pour objectif d’évaluer la viabilité d’un interféromètre utilisant de petites paraboles d’environ cinq mètres de diamètre. L’instrument envisagé pour les relevés cosmologiques pourrait en effet être un réseau dense, composé de quelques centaines d’antennes de ce type, réparties sur une surface d’un hectare.

La photo de la collaboration lors de l’inauguration officielle à Nançay le 2 avril 2015 © CNRS

 

Le projet PAON a débuté par une version à deux paraboles de trois mètres de diamètre (PAON2). Ce petit interféromètre a fonctionné pendant quatre mois à partir de la fin septembre 2012 et a permis de qualifier le site et d’étudier le bruit des antennes par le biais d’observations de radiosources telles que Cygnus A.

A la mi-2013, la collaboration a décidé de concevoir quatre nouvelles paraboles qui constituent la version actuelle de l’instrument, PAON4. Le financement a été assuré en grande partie par le LAL et l’Observatoire de Paris ; la mécanique est de la responsabilité du GEPI, l’électronique frontale a été mise au point par l’Irfu tandis que le LAL (Serdi) a eu en charge la partie digitale et l’acquisition.

 

Contact chercheur

 

 

Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils