Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Communiqués de presse

Communiqués de presse

 

Paris, le 11 janvier 2012

 

Guinevere : vers une énergie nucléaire plus propre

 

C'est une première mondiale : le Centre d'étude de l'énergie nucléaire (SCK-CEN) de Belgique a réussi à faire fonctionner un réacteur nucléaire au plomb piloté par un accélérateur de particules construit par le CNRS. L'enjeu d'un tel couplage est de pouvoir, à terme, contrôler plus facilement le fonctionnement des réacteurs nucléaires, et de produire des déchets nucléaires moins polluants. Cette maquette opérationnelle Guinevere a été réalisée également en collaboration avec le CEA, la Commission européenne et une dizaine de laboratoires européens.

 

Guinevere se compose d'un réacteur entièrement constitué de combustible nucléaire et de plomb et d'un accélérateur de particules qui commande le réacteur. Il s'agit de la maquette d'un système piloté par accélérateur de particules appelé ADS (Accelerator Driven System). Les ADS sont facilement contrôlables et présentent une sûreté accrue. Ils possèdent en effet un coeur dit sous-critique : le réacteur d'un ADS a besoin d'une source externe de neutrons pour fonctionner, fournie par un accélérateur de particules. Ainsi, l'arrêt de l'accélérateur permet d'arrêter le réacteur.

Par ailleurs, contrairement aux réacteurs classiques, des systèmes tels que Guinevere produisent des neutrons rapides permettant la fission de certains déchets hautement radioactifs de longue vie en produits d'une radiotoxicité moindre.

Guinevere est une installation de recherche d'une puissance limitée, mais ce modèle de démonstration est d'une importance capitale pour la mise au point de procédures destinées à réguler et contrôler le fonctionnement de futurs réacteurs sous-critiques comme Myrrha, qui sera opérationnel en 2023. Myrrha contribuera également au développement de solutions novatrices aussi bien dans le domaine du nucléaire que dans ceux de la médecine et de l'industrie et des énergies renouvelables.

L'accélérateur de Guinevere a été construit par le CNRS. Le CEA, pour sa part, a contribué à la conception du coeur et s'est chargé de la fourniture du combustible pour le réacteur.

 

Insertion de la ligne verticale de l’accélérateur Genepi-3C dans le cœur du réacteur de Guinevere (cette image est disponible dans la photothèque du CNRS). Crédit : CNRS

 

Pour en savoir plus

Contact communication

  • IN2P3 :  Arnaud Marsollier, Tél :  (Suisse) 00 41 76 487 2769
  • IN2P3 (physique nucléaire et applications) :  Anna Thibeau, Tél : 04 72 44 79 76

Contact presse

  • CNRS : Priscilla Dacher, Tél : 01 44 96 46 06
Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils