Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Infos recherche > Nouvelles scientifiques

Nouvelles scientifiques

 

Paris, le 25 octobre 2010

 

Deux physiciens de l’IN2P3/CNRS récompensés par les bourses "Jeunes chercheurs" de l’ERC

 

Pour la première fois, deux chercheurs de l’IN2P3(1)/CNRS, Marianne Lemoine-Goumard (CENBG(2)) et Raphaël Granier de Cassagnac (LLR(3)), vont bénéficier d’un important soutien financier du Conseil européen de la recherche (ERC), dans le cadre de son 3e appel à propositions "Jeunes chercheurs". Cette subvention, qui distingue ces physiciens pour leur excellence scientifique, leur permettra de mener à bien des projets scientifiques d’envergure : dans le domaine des astroparticules pour l’une et de la physique hadronique pour l’autre. Ces lauréats comptent parmi les 35 lauréats du CNRS, organisme le plus récompensé au niveau européen.

 

Lever le voile sur les phénomènes les plus violents de l’Univers

Avec le financement de l’ERC, Marianne Lemoine-Goumard pourra entreprendre dès le 1er janvier 2011 (durant 3 ans) son projet P-Wind(4) d’étude de sources impliquées dans les phénomènes les plus violents de l’Univers : les pulsars et les nébuleuses de pulsars(5).
En orbite depuis juin 2008, le satellite Fermi observe ces sources extrêmes, issues de l’explosion d’étoiles massives (supernovae), grâce aux rayons gamma qu’elles émettent. Il a ainsi détecté près d’une centaine de pulsars et nébuleuses de pulsars. Certaines sources repérées par Fermi restent cependant inconnues. Lever le voile sur ces sources non identifiées est le premier objectif du projet de Marianne Lemoine-Goumard. Il s’agit de déterminer avec certitude parmi ces sources celles qui correspondent à des pulsars ou à des nébuleuses de pulsars. Un second objectif de P-Wind est d’identifier les types de sources qui représentent les meilleurs candidats à l’accélération des rayons cosmiques. L’origine de cette pluie de particules de haute énergie qui bombardent l’Univers reste en effet un mystère.

 

Étude du plasma quarks-gluons

Raphaël Granier de Cassagnac a été récompensé pour son projet d'étude du plasma quarks-gluons dans l'expérience CMS au LHC. L'expérience CMS, conçue pour découvrir le boson de Higgs et toute nouvelle physique à l'échelle du TeV, offre également d'excellentes possibilités d'étude du plasma de quarks et de gluons, un état de la matière qui aurait existé une fraction de seconde après le big-bang et qui pourrait être produit lors des prochaines collisions d'ions lourds au LHC. CMS permettra d’obtenir des mesures complémentaires à celles d'Alice, l'expérience dédiée à ces études.
L'équipe de Raphaël Granier de Cassagnac, financée en partie par l'ERC, étudiera la production des charmonia (état lié de quarks charme et anti-charme(6)), dans la tradition des mesures conduites à plus basses énergies au Laboratoire Leprince-Ringuet - LLR (expériences NA50 et Phenix). Elle s'intéressera également aux bottomonia (état lié de quarks beau et anti-beau), ainsi qu'aux bosons Z, jamais mesurés en collisions d'ions lourds. En s’appuyant sur l'expertise du groupe CMS du LLR, la reconstruction d'électrons dans cet environnement de haute multiplicité sera en outre étudiée, et une attention particulière sera portée sur l’utilisation des moyens de calcul locaux.

 

Les bourses de l’ERC

Créé en 2007 par l'Union européenne, le Conseil européen de la recherche (CER ou ERC en anglais) est la première organisation européenne qui soutient des projets de recherche fondamentale sur le seul critère de l'excellence scientifique et du potentiel novateur des projets. Ainsi, chaque année l’ERC octroie d'importantes bourses à des chercheurs en début de carrière ("ERC Starting grants") ou à des scientifiques confirmés ("ERC Advanced grants"), quelles que soient leur nationalité ou leur discipline de recherche.
L'appel "Jeunes chercheurs" ("ERC Starting grants") récompense les projets novateurs de chercheurs ayant obtenu leur doctorat il y a 2 à 12 ans et désireux de créer ou de consolider une équipe de recherche. Cet appel bénéficie d'un budget de plus de 580 millions d'euros, ce qui représente une augmentation de 40% par rapport à l'appel précédent.

 

(1) Institut national de physique nucléaire et de physique des particules du CNRS
(2) Centre d’études nucléaires de Bordeaux Gradignan (CNRS/Université Bordeaux 1)
(3) Laboratoire Leprince-Ringuet (CNRS/École Polytechnique)
(4) "Pulsar wind nebular discovery", en français : "Découverte de nébuleuses de pulsars"
(5) Les pulsars et les nébuleuses de pulsars résultent de l'explosion d'étoiles massives en supernovae. Les pulsars sont des étoiles à neutrons très fortement magnétisées et tournant très rapidement sur elles mêmes. Ils éjectent un vent de particules, à des vitesses proches de celle de la lumière, qui vient percuter la matière éjectée lors de l'explosion de l'étoile massive, créant ainsi ce qu'on appelle la "nébuleuse de pulsars".
(6) Les quarks existent en six saveurs (up, down, étrange, charme, beau et top) de masses très différentes. Les états liés de quarks lourds (charmonia et bottomonia) sont susceptibles de fondre dans le plasma de quarks et de gluons, à différentes températures.

 

Pour en savoir plus

Contact chercheur

  • Marianne Lemoine-Goumard, Tél : 05 57 12 08 58
  • Raphaël Granier de Cassagnac, Tél : 01 69 33 55 55
Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils