Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Infos recherche > Nouvelles scientifiques

Nouvelles scientifiques

 

Paris, le 22 janvier 2009

 

Énergie nucléaire : renouvellement de l’accord franco-belge sur le projet Myrrha

 

Le 9 janvier dernier, le Centre d'étude de l'énergie nucléaire belge SCK•CEN et le CNRS/IN2P3 ont renouvelé pour une période de 5 ans leur accord de collaboration sur le projet Myrrha, système d'irradiation à spectre rapide piloté par accélérateur pour les études de la transmutation des déchets hautement radioactifs, et outil multifonctionnel expérimental pour les systèmes énergétiques du futur.

 

Myrrha (Mutlipurpose hybrid research reactor for high-tech applications) sera la première démonstration mondiale d’une nouvelle catégorie de systèmes nucléaires appelés "Systèmes pilotés par accélérateur" (SPA, en anglais Accelerator driven systems, ADS). En particulier, Myrrha est un réacteur sous-critique, d’une puissance de ~50 MW, contrôlé par une source intense de neutrons de spallation alimentée par un accélérateur de particules de haute puissance. Le terme "sous-critique" signifie que le réacteur ne peut maintenir la réaction en chaîne de fission par lui-même, minimisant ainsi le risque potentiel d’accident d’emballement pouvant être causé par la réaction en chaîne de fission non contrôlée. En outre, un des avantages majeurs du Système Piloté par Accélérateur est sa capacité à brûler les déchets nucléaires hautement toxiques de façon efficace.

Le nouvel accord permettra de consolider la progression du projet Myrrha notamment à travers la construction sur le site technique du SCK▪CEN à Mol de l'installation expérimentale Guinevere (Generator of uninterrupted intense neutrons at the lead venus reactor) couplant le réacteur Venus du SCK▪CEN à l'accélérateur Genepi-C construit actuellement par le Laboratoire de physique subatomique et de cosmologie à Grenoble (LPSC)(1) et qui sera transféré à Mol en 2009. Guinevere sera un modèle à puissance réduite de Myrrha.

Le deuxième volet du nouvel accord consiste à installer l'équipe européenne CDT (Central design team) d'experts et d'ingénieurs au SCK▪CEN à Mol pour réaliser le design détaillé de Myrrha dans le 7e programme cadre de la Commission européenne. Le CNRS participera à CDT notamment dans le domaine de l'accélérateur.

Les applications de Myrrha sont multiples, et parmi elles la R&D sur la réduction de la toxicité à long terme des déchets nucléaires par le biais de la séparation et de la transmutation, contribuant ainsi à fournir une solution possible à ce défi. D’autres applications incluent la technologie de réacteurs de quatrième génération moins producteurs de déchets nucléaires, plus sûrs, la production de radio-isotopes importants qui ne peuvent pas être produits dans les systèmes actuels et la recherche et le développement de matériaux avancés pour les utilisations spatiales et dans les télécommunications et la fusion. Par ailleurs, Myrrha sera non seulement un outil important pour la formation de la future génération de scientifiques et d'ingénieurs mais aussi un pôle d’attraction pour des collaborations scientifiques internationales.

 

(1) Unité mixte de recherche CNRS/IN2P3 - Université Joseph Fourier - Institut national polytechnique de Grenoble - Université de Grenoble

 

Pour en savoir plus

Contact chercheur

  • Alex C. Mueller, directeur adjoint scientifique à l’IN2P3 pour les accélérateurs, l'interdisciplinaire et l'énergie nucléaire, Tél : 01 69 15 62 40
Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils