Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Dossiers de presse

Dossiers de presse

 

Paris, le 8 octobre 2004

Mise à jour : 22 mars 2007


La participation française aux expériences du Cern

 Le communiqué de presse

 


 

Le Cern est en pleine phase de construction du LHC dont l’achèvement en 2007 est la priorité. Au-delà, les perspectives sont ouvertes et plusieurs options possibles. La communauté internationale est en train de faire ses choix, réflexion à laquelle les physiciens français du Dapnia et de l’IN2P3 prennent une part active.

 

Les objectifs du Cern à court terme : 2004-2010

  • L’achèvement du LHC en 2007, incluant l’accélérateur, les expériences et les logiciels d’exploitation, est la priorité absolue du Cern.
  • Le Cern définit de nouvelles expériences sur cible fixe, sur des sujets comme la violation de symétrie CP, la structure du proton… qui pourront fonctionner en parallèle avec le LHC.
  • Le Cern effectue des études prospectives sur les accélérateurs :
    – le Cern étudie les solutions pour une augmentation de la luminosité du LHC dans les années 2012-2015 (étude d’un nouvel accélérateur source pour le LHC, adaptation des détecteurs à l’augmentation de la luminosité du LHC…) ;
    – tout comme l’ensemble de la communauté internationale, le Cern participe activement au projet mondial de collisionneur linéaire électron-positon d’une énergie de 500 GeV à 1TeV : l’ILC (International linear collider). À plus longue échéance, il étudie la faisabilité d’un collisionneur linéaire révolutionnaire électron-positon de plus haute énergie (plusieurs TeV) : le Clic ;
    – le Cern est aussi impliqué dans plusieurs programmes européens d’accélération d’ions lourds pour la physique nucléaire, dont Eurisol (source d’ions lourds radioactifs). Outre son intérêt pour la physique nucléaire, Eurisol peut être envisagé comme source pour un faisceau intense de neutrinos.

 

Les programmes envisagés à plus long terme

Plusieurs réflexions sont menées pour permettre au Cern de prendre des décisions sur les objectifs scientifiques vers 2009-2010.

  • Le collisionneur linéaire électron-positon
    La stratégie du Cern dépendra du degré d’avancement de la R&D sur Clic mais rien n’exclut que le Cern puisse accueillir le projet international ILC. Si ce projet est construit ailleurs dans le monde, le Cern peut alors décider de concentrer ses efforts sur Clic ou d’être un partenaire majeur de la machine mondiale ILC.
  • Une série de programmes sont envisagés à partir d’un accélérateur de protons de haute intensité
    – plusieurs projets touchent à la physique des neutrinos, qui a vu un renouveau spectaculaire avec la découverte récente des oscillations des neutrinos. Sont envisagées notamment des expériences sur la violation de symétrie CP sur les neutrinos, la création de super faisceaux de neutrinos... (années 2007-2015) ;
    – un projet "Beta-beams", accélération d’ions radioactifs, pour la physique nucléaire et la physique des neutrinos (après 2016) ;
    – un projet d’accélérateur de muons permettant de produire un faisceau de neutrinos encore plus brillant (Neutrino factory). Ce projet est un défi technologique car la désintégration des muons est si rapide que leur accumulation dans un accélérateur est rendue très difficile (après 2020) ;
    – en fonction de la maîtrise acquise dans la phase de R et D de Neutrino factory, un projet de collisionneur de muons est envisagé (après 2025).
Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils