Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Dossiers de presse

Dossiers de presse

 

Paris, le 14 novembre 2003


Antares : télescope à neutrinos sous-marin en Méditerranée
Inauguration de la station Antares

 Le communiqué de presse

 



Initié en 1996 par le CPPM (CNRS/IN2P3) et le Dapnia (CEA/DSM), en collaboration avec l’Ifremer et des laboratoires du CNRS/Insu, le projet est aujourd’hui mené par une collaboration internationale regroupant plus de 200 scientifiques issus d’une quinzaine de laboratoires européens.

Une première phase de R&D, conclue en 1999 par le déploiement d’une ligne "démonstrateur", reliée à la côte par un câble électro-optique, a permis de valider les technologies nécessaires à la construction du télescope et de déterminer les caractéristiques des sites potentiels de déploiement.

Depuis l’année 2000, le projet est entré dans une deuxième phase, la construction du télescope et son immersion sur le site retenu au large des côtes varoises. Ce télescope sera constitué de 900 capteurs de lumière répartis sur une douzaine de lignes et couvrira une surface effective d’environ un dixième de kilomètres carrés.

La mise en place des installations sur le site a démarré en novembre 2001 avec le déploiement du câble électro-optique, long d’une quarantaine de kilomètres, reliant le détecteur à la station de contrôle à terre : l’Institut Michel Pacha à La Seyne-sur-Mer. L’opération majeure de connexion de la boîte de jonction à l’extrémité de ce câble a été réalisée avec succès début décembre 2002.

Deux lignes prototype de détection ont été également déployées, respectivement en décembre 2002 et février 2003, une ligne de détection de neutrinos équipée de 15 capteurs et une ligne d’instrumentation pluridisciplinaire. Ces deux lignes ont été raccordées à la boîte de jonction en mars 2003.
Toutes ces connexions ont été réalisées par le Nautile, le sous-marin grand fond de l’Ifremer.

Les données recueillies depuis le dernier raccordement sont actuellement en cours d’étude. Les résultats de cette analyse permettront d’évaluer les dernières modifications nécessaires avant la production en masse des lignes du détecteur qui débutera en 2004. Les sous-ensembles des composants des lignes seront assemblés dans les différents laboratoires européens, partenaires de l’expérience. La construction et le déploiement des 12 lignes se poursuivront progressivement durant deux ans et le détecteur sera terminé courant 2006. L’exploitation du système démarrera dès 2005.

Dans un premier temps, la majorité des neutrinos observés, environ 2000 par an, seront des neutrinos produits par les interactions des rayons cosmiques avec l’atmosphère terrestre. L’étude de ces neutrinos atmosphériques permettra d’évaluer la masse du neutrino, ce qui représentera un premier résultat scientifique important dans le domaine de la physique des particules. L’astronomie neutrino et la recherche de matière noire nécessiteront plusieurs années de prises de données et d’analyses pour atteindre des résultats significatifs.

Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils