Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Dossiers de presse

Dossiers de presse

 

Paris, le 14 novembre 2003


Antares : télescope à neutrinos sous-marin en Méditerranée
Inauguration de la station Antares

 Le communiqué de presse

 



La réalisation du télescope Antares et d'un observatoire de fond de mer

Réaliser Antares a nécessité le développement d’un observatoire de fond de mer qui est actuellement opérationnel. Ce type d’observatoire va se répandre au niveau mondial et l’effort fait va pouvoir servir de banc de test. L’implantation de ces observatoires sera faite dans des sites pour lesquels les considérations de choix sont différentes de celle d’un télescope de neutrinos.

 

L’ensemble de la réalisation est un challenge technologique

Des progrès ont du être apportés à différentes technologies. Ce travail a été conduit avec des collaborations industrielles locales, nationales et européennes.

  • Méthodologie de connexion sous-marine

Connexion par un sous-marin (ou un ROV : Remote operating vehicule) d’un équipement scientifique ou technique à l’observatoire fond de mer.
Ces progrès, réalisés par l'Ifremer, sont importants pour de nombreuses applications.

  • Complexité technologique

Antares est une extrapolation de techniques qui existent mais à cause de la complexité globale du système, c’est un projet ambitieux en terme d’ingénierie marine, à titre d’exemple, il y aura un millier de détecteur de lumière et plus de trois mille connecteurs optiques à haute pression.

  • Positionnement acoustique

Les besoins de l’expérience ont impliqué une connaissance dynamique du positionnement des photomultiplicateurs ; avec une entreprise régionale, nous avons développé une technique qui permet une connaissance de la position à quelques centimètres près, en utilisant de la triangulation à partir d’une base acoustique fixe.

  • Information engendrée

L'ensemble de l'information engendrée est très important. Il y a de gros débit d’informations (quelques gigabit/sec) qu’un observatoire fond de mer permet de rapatrier à terre et dans les différents instituts de la collaboration.
Si les progrès viennent ici plutôt de l’industrie des télécommunications, la récupération d’information par transmission optique multilongueur d’onde est une première dans l’instrumentation sous marine.

  • Acoustique

L’interaction d’une particule avec un milieu liquide ou solide induit une onde dont la détection (signal/ bruit) doit être possible à très haute énergie.
Une collaboration avec des scientifiques de traitement du signal proche de la DGA a commencé et doit faire progresser ce domaine qui peut intéresser un spectre d’utilisateurs plus large que nous.

Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils