Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Dossiers de presse

Dossiers de presse

 

Paris, le 14 novembre 2003


Antares : télescope à neutrinos sous-marin en Méditerranée
Inauguration de la station Antares

 Le communiqué de presse

 



Les neutrinos sont difficilement détectables, mais quand ils interagissent avec la matière, ils produisent des muons qu’il est possible de déceler grâce aux sillages lumineux qu’ils engendrent en se propageant dans l’eau. Cependant, leur très faible taux d'interaction nécessite de mobiliser de grandes masses de détecteurs lesquels doivent être blindés contre le rayonnement cosmique qui bombarde constamment tout site terrestre et constitue un bruit de fond important. C'est ainsi que les fonds marins qui offrent de grandes masses d'eau et un blindage naturel constituent un environnement idéal pour la détection des neutrinos. Les traces de lumière produites par les muons issus de l’interaction des neutrinos avec l’eau sont donc détectées par tout un réseau de capteurs de lumière ou modules optiques, très sensibles, répartis dans 10 millions de mètres cubes d’eau le long de lignes verticales, longues de 450 mètres et ancrées à 2400 mètres au fond de la mer.

Le site d’Antares se situe au sud de l’île de Porquerolles (Var) où la qualité des eaux est excellente. Les données sont transmises à la station à terre de La Seyne-sur-Mer à l’aide d’un câble électro-optique sous-marin, long d’une quarantaine de kilomètres, via une "boîte de jonction" qui assure l’interface entre ce câble et les lignes : elle permet de distribuer l’énergie nécessaire au fonctionnement des lignes du détecteur et de collecter les données pour leur transmission à terre.

Les signaux ainsi reçus permettent de remonter avec une excellente précision aux caractéristiques des neutrinos, en particulier à leur direction d’approche.

De plus, le télescope sélectionne les muons venant du fond de la mer, certifiant ainsi qu’ils proviennent de l’interaction de neutrinos en provenance de l’hémisphère Sud avec la roche située sous le détecteur. Seuls ces fantomatiques neutrinos sont en effet capables de traverser notre planète de part en part. Situé dans l’hémisphère Nord, le télescope Antares pourra ainsi réaliser la cartographie du ciel de l’hémisphère Sud en "regardant" à travers la terre.

Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils