Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Dossiers de presse

Dossiers de presse

 

Paris, le 17 juin 2002

 

Atlas au Cern

 

Voir aussi :


 

Durant onze années (1989-2000) extrêmement fructueuses, le Large electron-positron collider (LEP) a accumulé des données qui ont permis de mesurer, avec une précision au-delà de toute attente, les paramètres du modèle décrivant les particules élémentaires et leurs interactions (le Modèle standard), de prédire ainsi la masse du quark top et celle du boson de Higgs et de tester le modèle et ses calculs extrêmement prédictifs. De plus, les recherches directes ont mis en évidence un effet suggérant la présence d’un boson de Higgs à 115 GeV de masse.

Le Tevatron, un collisionneur proton-antiproton d’énergie de 2 TeV au centre de masse, situé à Fermilab (États-Unis), prend des données depuis 2001 et poursuivra sa moisson jusqu’en 2007 ; il aura des chances de confirmer ou d’infirmer le soupçon de signal vu au LEP à l’automne 2000.

La prise de données au LHC, le futur collisionneur proton-proton, débutera en 2007. Au bout d’une année, le boson de Higgs prévu par le Modèle standard sera découvert, s’il existe ! Mais le LHC aura encore un énorme potentiel de découverte à des échelles d’énergie jusqu’ici inaccessibles. Les modèles décrivant ces nouvelles échelles d’énergie pourront être testés : la supersymétrie, les modèles de brisure de symétrie forte ou encore les modèles de dimensions supplémentaires très en vogue ces dernières années. Les deux détecteurs Atlas et CMS seront les principaux instruments de cette recherche.

 

image

Fin de l'excavation de la caverne d'Atlas. © Cern

 

Le coût du LHC ayant été réévalué récemment, la direction du Cern a reporté d’environ une année le début de la prise de données, soit au printemps 2007. La communauté regrette bien sûr ce retard, mais elle saura mettre à profit ce délai supplémentaire pour répondre au défi que représente la construction d’une telle machine.

La construction des 1200 aimants dipolaires supraconducteurs et les travaux de génie civil avancent bon train en parallèle avec la construction des détecteurs qui seront installés dans d'immenses cavernes souterraines.

Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils