Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Dossiers de presse

Dossiers de presse

 

Paris, le 17 juin 2002

 

Atlas au Cern

 

Voir aussi :


 

Atlas (A Toroidal LHC Apparatus) est un détecteur en cours de construction au Cern afin d’être implanté sur le LHC. Ce sigle ne désigne pas qu’un détecteur. Il désigne aussi une expérience de physique menée par une collaboration mondiale de scientifiques : 1800 physiciens et ingénieurs issus de 150 laboratoires de 34 pays différents sont engagés dans cette aventure, ainsi que de nombreux techniciens et administratifs.

Le détecteur lui-même est le plus grand et le plus complexe jamais construit à ce jour. Tant par le nombre de voies d’électronique (des centaines de millions) et les contraintes liées aux radiations que par le volume des données à traiter, sa réalisation implique de développer de la haute technologie dans les domaines les plus variés : mécanique, électronique, informatique mais aussi cryogénie, techniques du vide, du génie civil, de la géodésie…

Atlas est composé de plusieurs sous-détecteurs : les détecteurs centraux, conçus pour identifier les traces très près du point d’interaction des protons et baignant dans un champ magnétique de 2 Teslas produit par un solénoïde, le calorimètre électromagnétique permettant d’identifier et de mesurer l’énergie des photons et des électrons, et le calorimètre hadronique pour la mesure de l’énergie des hadrons. Le tout est entouré par des détecteurs à muons. Un aimant torique supraconducteur génère le champ magnétique pour le système de détection des muons. Les paquets de protons vont se croiser aux points d’interaction 40 millions de fois par seconde alors que le taux de production d’un boson de Higgs d’une masse de 115 GeV se désintégrant en deux photons devrait être de l’ordre de 1 événement par heure.

 

image

Le détecteur Atlas. © Collaboration Atlas

 

Le CNRS/IN2P3 est impliqué depuis le début des années 90 dans la conception et la construction de tous les sous-détecteurs, ainsi que dans l’électronique, le software et le système d’acquisition de données d’Atlas.

Le détecteur Atlas permettra de mesurer les caractéristiques du boson de Higgs avec une grande précision (s’il existe) et sera un puissant outil pour la recherche de nouveaux phénomènes.

Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils