Le CNRS
Liens utiles CNRSLe CNRSAnnuairesMots-Clefs du CNRSAutres sites
Accueil In2p3Accueil In2p3

Rechercher :

Rechercher:

  Accueil > Espace presse > Communiqués de presse

Communiqués de presse

 

Paris, le 27 septembre 2001

 

Ganil : l’installation Spiral produit son premier faisceau de noyaux exotiques

 

Le 23 septembre 2001, à Caen, le Grand accélérateur national d'ions lourds (Ganil) a délivré son premier faisceau d'ions exotiques lors de la mise en fonctionnement du nouveau système de production et d'accélération Spiral. Ces faisceaux de particules permettront d'appréhender les lois qui régissent la structure et le comportement de la matière à l'échelle du noyau de l'atome. Le Ganil, laboratoire géré conjointement par le CEA et le CNRS, offre désormais à la communauté internationale un outil exceptionnel permettant d’atteindre des champs d'investigation de la matière nucléaire, jusqu'à ce jour inaccessibles.

 

Les noyaux atomiques présents sur Terre ne représentent que quelques pour cent de ceux qui peuplent le Cosmos. Certains, dits noyaux exotiques, ont en effet des vies trop courtes pour qu’on les trouve sur Terre. Il est toutefois possible de les fabriquer artificiellement, à partir d’accélérateurs.

L’étude des noyaux exotiques est essentielle dans de nombreux domaines de la physique nucléaire, mais aussi de l’astrophysique, notamment pour modéliser les étoiles, les supernovae, les sursauts X et tous les chaudrons cosmiques où les éléments sont forgés. Les noyaux exotiques sont aujourd'hui une immense terra incognita et leur étude permettra sans nul doute de découvrir des phénomènes nouveaux à l’échelle du noyau.

Dans cette perspective, le projet d’un nouvel équipement, Spiral, a été lancé en 1993. Le 23 septembre 2001, il a produit son premier faisceau de noyaux exotiques. Il s’agit d’ions de néon 18 (introuvables sur Terre et dont le noyau a une durée de vie de 1,5 secondes), produits en bombardant une cible de carbone avec un faisceau d'ions stables de néon 20, accéléré à 1,9 milliard d’électrons-volts. Dans ce tout premier essai, un faisceau de 100.000 ions par seconde a été accéléré, et les prochains jours devraient voir ce chiffre multiplié par 10. La première expérience se déroulera aujourd'hui. Elle établira la spectroscopie du sodium 19, noyau inconnu sur Terre. Elle sera réalisée par une collaboration de 12 laboratoires dont cinq européens, un américain et six français.

Comparée au travail déjà effectué par le laboratoire de physique nucléaire de l’Université de Louvain-la-Neuve (Belgique), l’installation Spiral permet une extension considérable tant pour l’éventail des éléments exotiques produits que pour le domaine d’énergie accessible.

Les nouveaux faisceaux produits par Spiral, alliés aux équipements existants ou en construction, font du Ganil un outil unique en Europe. Le projet Spiral a été financé par un investissement global de 120 MF, provenant à parts égales du CEA, du CNRS et de la région de Basse Normandie.

 

Comment fabrique-t-on un faisceau d’ions exotiques néon 18 ?

Lorsqu’on bombarde une cible de carbone avec un faisceau d'ions de néon 20, faisceau d’ions stables accélérés à 1,9 milliard d’électrons-volts, une faible proportion de ces noyaux se brise sur les noyaux de carbone. Parmi les fragments résultants, une fraction encore plus faible est constituée de néon 18. Ces noyaux "exotiques", piégés sous forme d’atomes neutres à l’intérieur de la cible, sont ensuite extraits par chauffage, puis ionisés dans une source d’ions. Les noyaux de néon 18 sont enfin injectés et accélérés dans un nouveau cyclotron, Cime, jusqu’à l’énergie choisie de 126 millions d’électrons-volts. L’installation Spiral est constituée de l’ensemble de ces équipements.

 

Contact communication

  • IN2P3 : Geneviève Edelheit

Contact presse

  • CNRS : Martine Hasler, Tél : 01 44 96 46 35
  • CEA : Corinne Borel, Tél : 01 40 56 18 35
Barre d'outils Accueil Imprimer Plan du site Crédits Se rendre à l'institut Boîte à outils